23 février 2010

Lb Qualitative Research interroge Joel Krief sur le rôle du recrutement dans les Etudes Qualitatives

Recruter Lb Qualitative Research reconnait le rôle inestimable d'un bon recrutement lors des terrains d'études qualitatives. Pour confronter ce point de vue, nous avons voulu interroger à ce sujet un spécialiste du recrutement avec qui nous collaborons depuis longtemps.

Lb QR : A vos yeux, quelle est la définition du recrutement ?
Joël : Le recrutement consiste à trouver le profil requis pour pouvoir réaliser un entretien ou une réunion de groupe. Le profil requis est indiqué par les quotas précisés par le client.

Lb QR : Quelles méthodes utilise-t-on pour effectuer un recrutement ?
Joël : Dans la plupart des cas le recrutement est effectué par téléphone car nous disposons des numéros des répondants potentiels. Mais très souvent cela se passe aussi via Internet ou via un fichier ciblé que l'on achète. Nous utilisons la presse généraliste et la presse spécialisée également. En mineur le recrutement peut être réalisé directement en rue, pour des sujets bien précis.

Lb QR : Si vous pouviez donner des conseils à quelqu’un qui débute dans le recrutement, quelles seraient vos recommandations ? Quelles sont les choses importantes à savoir pour réaliser un bon recrutement ?
Joël : Tout d’abord il faut solliciter le client pour obtenir des informations complètes et très précises. Pour faire un bon recrutement on doit tout savoir du profil souhaité. Ensuite, je déconseille de faire un recrutement à la dernière minute. Généralement, plus on dispose de temps, plus on obtiendra un recrutement pertinent et de qualité. Bien sur, quand le temps est limité, on peut aussi faire un bon recrutement, mais c’est plus difficile.

Lb QR : A présent que l'on connaît les aspects auxquels il faut pretter attention pour réaliser un bon recrutement, pourriez-vous nous dire quels sont les difficultés ou les obstacles qu’on pourrait rencontrer et qui bloqueraient le déroulement d'un recrutement ?
Joël : En référence à ma précédente réponse, la première difficulté repose sur la quantité de temps dont nous disposons : est-elle suffisante ou non ? Si on en a peu, un bon recrutement devient difficile à réaliser. En plus, le recrutement peut être bloqué si un profil est très compliqué et difficile à décrocher, autrement dit si le profil est extrêmement marginal ou qu'il n’existe pas dans la réalité.Lb QR : Pourriez- vous faire une petite comparaison entre les recrutements pour les études qualitatives et ceux pour les études quantitatives ? D’après vous quelles sont les différences majeures entre ces deux types de recrutement ?
Joël : Le recrutement quali par rapport au quanti est considérablement plus ouvert et à l’écoute. Il contient plus de questions ouvertes qui invitent à répondre. Il est plutôt un échange et une discussion qu’une série de questions - réponses. De plus, le recrutement quali est plus précis, approfondi et pertinent, il est plus en profondeur.

Lb QR : En ce qui vous concerne, quel est le point que vous aimez le plus dans le recrutement et au contraire celui que vous aimez le moins ?Joël : L’étape du recrutement la plus intéressante pour moi est celle de l’identification du profil à trouver ainsi que celle du choix du moyen à utiliser pour le trouver.
Je n’aime pas recruter des répondants habitués. Et même si grâce à l'expérience acquise on peut vite reconnaître ces habitués cela reste un moment désagréable d'être face à eux.

Lb QR : Ma dernière question concerne le futur. Comment voyez-vous le recrutement du futur ?Joël : Je pense que le recrutement aura de plus en plus d’importance dans les études qualitatives. Je le vois plus approfondi, plus précis, plus technique et plus diversifié, on peut dire encore plus qualitatif. Ce sont en même temps mes attentes et je le souhaite ardemment.

Lb QR : Merci beaucoup pour cet échange.