21 avril 2010

Les études Shopper au travers des yeux de Julie, experte sur ce thème.

shopper Lb Qualitative Research cherche sans cesse de nouvelles solutions afin d’effectuer des études de qualité et pour répondre au mieux aux besoins de ses clients.

Pour proposer une expertise sur les études Shopper, qui permettent de décoder les décisions prises par l’acheteur sur le point de vente, nous avons interrogé Julie, une spécialiste du sujet, avec qui nous maintenons des relations très proches.

Lb QR : Tout d’abord, comment pourrait-on définir une étude Shopper ?
Julie : Une étude shopper est une étude soit quali, soit quanti ou encore les deux qui se concentre sur l'influence du lieu de vente sur le comportement des consommateurs. En effet, il s'avère que les consommateurs n'achètent pas de la même manière ni parfois les mêmes produits selon les différents circuits de distribution : hyper, super, hard discount, magasin de proximité, supérette. Cela concerne aussi les circuits spécialisés comme le sélectif, les grands magasins, les enseignes culturelles, de bricolage, etc.

Lb QR : D’après vous, dans quels cas est-il pertinent de faire appel à une étude Shopper ?
Julie : Il est toujours essentiel de mener une réflexion stratégique sur l'emplacement d'un nouveau produit afin de permettre aux consommateurs de le trouver facilement. De plus il peut être recommandé d’effectuer ce genre d'étude pour une catégorie de produits globale pour optimiser les ventes et inviter à l'exploration de l'offre par le consommateur.

Lb QR : Pourriez-vous nous dire quelles sont les qualités pour réaliser une bonne étude Shopper ?Julie : L'élément qui demeure essentiel c’est l'observation du comportement des consommateurs devenant acheteurs sur le lieu de vente pour comprendre les mécanismes de repérage, de sélection et d’achat final. De même il est pertinent d'explorer les perceptions des consommateurs d'une offre donnée en rayon.Lb QR : A présent que l'on connaît les aspects auxquels il faut prêter attention pour réaliser une bonne étude Shopper, pourriez-vous nous faire savoir quels sont les écueils à éviter ?
Julie : Premièrement, il est déconseillé, d’imaginer que son produit sera systématiquement vu dans un rayon grâce à un packaging très abouti. Le séquençage des segments est essentiel pour aider à la compréhension et au repérage de l'offre. Deuxièmement, il faut faire attention au fait de croire que le consommateur-shopper prendra du temps à repérer ses produits dans les rayons car en réalité il passe de moins en moins de temps et investit de moins en moins de plaisir à faire ses courses en ces temps de crise !

Lb QR : Notre dernière question concerne le futur. Comment voyez-vous le futur des études shopper ?Julie : Je vois les postes de Category Managers (responsable des catégories produits afin de les déployer en point de vente) revenir en force chez les annonceurs et distributeurs car la mise en place en point de vente devient de plus en plus essentiel à maîtriser en ces temps de restrictions budgétaires. De plus, je pense que la forte croissance des MDD va réduire le nombre d'acteurs en rayon. Et, à mes yeux, les schémas d'implantation deviendront donc primordiaux pour l'avenir des marques nationales. Donc les études Shopper devraient connaître une belle croissance dans les années à venir.
Lb QR : Merci beaucoup pour cet échange.

Lb QR pourrait être en mesure à votre demande d’effectuer des études Shoppers de qualité en collaboration avec Julie, l'experte sur la question.