30 juin 2014

Comment faire participer les adolescents aux études qualitatives en ligne ?

Les adolescents peuvent être de bons participants aux études qualitatives grâce au online à condition de respecter leurs habitudes de communication et de leur laisser le contrôle des missions à réaliser !

Les adolescents peuvent s’avérer des participants relativement peu fiables quand il s'agit de réaliser des études qualitatives et les études qualitatives en ligne ne font pas exception à cette règle. De nombreuses heures peuvent être gaspillées en essayant de les traquer pour compléter une série de missions lors d’une étude.
Nous devons donc comprendre comment ils communiquent, où ils communiquent et ce qui les motive à communiquer au-delà des incitations financières.

Les adolescents sont tout le temps en ligne !
La solution peut se trouver dans le online car cela permet d’amener les activités à  eux.
La communication en ligne est quelque chose de tout-à-fait naturel pour eux vu qu’ils ont été initiés à internet dès leur plus jeune âge. Ainsi vous pourrez opter pour le online et être rassuré d'être sur le bon canal de communication pour eux.

Les activités sociales: un excellent moyen de partager et se connecter à leurs amis
Les adolescents ayant des intérêts similaires sont souvent impatients de se connecter les uns aux autres et sont à l'aise sur les forums en ligne. Cela dit, prendre part à une étude qualitative ne sera pas forcément leur préoccupation première, loin s’en faut. Ils voudront d'abord se présenter, voir ce que les autres ont à partager et comment ils se comparent à leurs pairs. Pour les attirer, vous pourrez recourir aux blogs en ligne ou encore aux forums de discussion. Si vous leur dites, par exemple, qu'ils auront la possibilité d’accéder à d'autres messages, des vidéos ou encore des commentaires une fois l’étude terminée, ils seront sans doute plus motivés pour y prendre part.

Pourquoi les adolescents ne vont pas finir les trois dernières activités?
C’est vrai que les adolescents qui participent à des études qualitatives ont tendance à perdre leur intérêt au cours de l’étude. À mi-parcours du projet, les taux de réponse diminuent et aucune somme d'argent ne semble pouvoir changer cela. Nous suggérons alors de lancer toutes les missions (ou la plupart des missions) en même temps, ce qui leur permettra de choisir celles qu'ils veulent compléter et dans quel ordre ils aimeraient le faire. Dès le départ il suffira de spécifier qu'ils doivent terminer les trois quarts des exercices afin de recevoir leurs dédommagements. Cela leur donne le contrôle. Ainsi, tous les répondants finiront par terminer toutes les activités. Ceci est tout-à-fait judicieux, surtout si vous êtes flexible avec la manière dont vous pouvez structurer votre étude.

Un adolescent et le téléphone, une histoire d'amour
Ce n'est plus un secret pour personne, le téléphone mobile est le meilleur ami de l'adolescent. Les téléphones offrent un moyen pour les adolescents pour contacter leurs cercles proches et bien plus encore. Les plates-formes technologiques actuelles nous permettent de les atteindre dans leurs univers avec la même facilité. Non seulement, les téléphones mobiles permettent de capturer «dans l'instant» des idées, mais ils suppriment aussi les obstacles pour l'obtention d'informations sous la forme de textes, de vidéos et de photos. Donc, il ne faut pas avoir peur de leur demander de faire preuve de créativité avec ces outils, de les utiliser en conjonction avec d'autres technologies et surtout se faire plaisir!

En utilisant le séquençage comme incitation
Les gens apprécient la gratification immédiate et c’est d’autant plus vrai chez les adolescents. Vous pouvez construire un système de récompense dans votre étude par séquençage. Les taux de réponse vont augmenter considérablement quand une incentive est disponible immédiatement.

Espérons, en tout cas, que quelques-unes des suggestions que nous avons énuméré ci-dessus peuvent constituer des solutions pour améliorer le taux de participation des adolescents aux études qualitatives.