28 août 2014

Les consommateurs aiment-ils prendre part à nos études qualitatives ?

Contrairement aux idées reçues : la première motivation des gens pour participer à une étude ne repose pas sur le dédommagement !

En effet, leur motivation repose sur leur intérêt vis-à-vis du sujet proposé et non sur la promesse d'un cadeau ou d'un dédommagement.

Lors des études qualitatives les participants aiment donner leurs opinions : participer à la création de nouveaux produits, ainsi qu'à l'émergence de nouvelles idées est très valorisant.

Ils aiment aussi l'échange humain pour obtenir de l'information sur les nouveaux produits ou services, et surtout pour passer un bon moment en société (faire des rencontres)

En même temps, les participants souhaitent être respectés et attendent une personnalisation des échanges, ils n'apprécient pas être traités comme un numéro, ou comme de simples "données".

Ils attendent également que les règles du jeu soient respectées : que la promesse de dédommagement soit tenue, et que la durée annoncée de participation soit réellement celle imposée.

En outre, ils aiment obtenir un retour sur leur participation et la possibilité éventuelle d'avoir un regard sur les résultats (ce qui est néanmoins rarement possible, due à la confidentialité des sujets).

Sur la base de ces observations nous avons établi quelques règles pour motiver les consommateurs à bien participer aux études :

Règle N°1 : ne pas attendre d'eux qu'ils soient motivés si vous ne l'êtes pas vous-même.
Les concepteurs des études ignorent souvent que la récompense ne doit pas être uniquement matérielle et que la meilleure motivation pour les répondants repose sur le sujet d'étude en lui-même.
Ainsi un sujet fortement investi par l'institut sera d'autant plus motivant pour les participants. Une équipe peu engagée dans l'étude ne favorisera pas des échanges de qualité. Si le sujet est perçu comme pertinent et intéressant, les consommateurs seront valorisés lors de leur participation.


Règle N°2 : bien formuler la problématique / bien poser les hypothèses pour ne pas donner l'impression de se répéter, ou de poser des questions hors de propos.
Une étude bien formulée donnera l'impression aux participants d'un travail bien préparé et d'un certain sérieux dans le projet. Ceci les engagera également à être eux même sérieux dans la démarche.



Règle N°3 : émettre des règles claires et les respecter.
Annoncer un temps de participation raisonnable et s'y tenir. Les études qui durent trop longtemps demandent plus d'efforts aux participants en terme de concentration, de motivation.
De plus si on utilise des dédommagements comme un outil de motivation à la participation (bien que, comme vu précédemment, il ne soit pas toujours indispensable en soit), il est indispensable de tenir sa promesse.

Règle N°4 : respecter le participant, personnaliser ses échanges avec chacun, créer une ambiance amicale.
Une attitude de respect face aux personnes interrogées semble être évidemment un pré requis. Et, pour aller au-delà et inscrire la motivation des participants dans un cercle vertueux il est aussi intéressant de personnaliser les échanges en appelant les participants par leur nom, et en mémorisant leurs particularités lors de leur discours.