11 octobre 2014

La location de salles pour Focus Groupes : un choix important !

La location de salle dans les études qualitatives. Un métier centré sur la mémorisation - transmission et la relation client…

Quel est le  rôle d'une location de salle Quali pour les études qualitatives ?
LbQR : Le cœur du métier de location de salle à destination des études qualitatives, c’est la mémorisation et la transmission des contenus d'étude à l'institut. Le relationnel porté au client est aussi très important.

C'est pour moi un métier entre l’hôtellerie / la restauration et la technique du son et de la vidéo.

Le rôle d'une location de Salle pour les études qualitatives est de garder la mémoire de ce qui se dit et ce qui se passe lors des études (pendant les focus groupes ou les entretiens en face à face). Il faut enregistrer le son mais aussi l’image pour sentir la synergie d’un groupe ou d'un entretien.

Le rôle d'une salle dans les études qualitatives, c’est aussi d’aplanir le stress et la pression que les instituts ressentent lorsqu'ils mènent un projet. La salle doit s’assurer que tout va bien se passer. Il faut que l'équipe d'accueil soit au service de l'institut, et fasse en sorte que les animateurs et directeurs de clientèle se sentent bien.

Il faut donc que l'espace soit aménagé de manière conviviale mais sobre pour aussi laisser une grande place à l’imaginaire, et ne pas induire sur les ressentis consommateurs lors des discussions.

Comment un institut doit-il choisir une salle pour ses projets ?
LbQR : Les grandes sociétés sont sensibles aux innovations technologiques, à tout ce qui facilite la transmission des informations. Mais les petits instituts (comme nous) nous apprécions le soutien logistique et la relation au long cours avec le personnel des salles. Nous sommes aussi sensible à la manière dont les consommateurs seront traités. Bien sur le budget est un critère de choix aussi.

Les salles peuvent-elles impacter le projet d’étude ?
LbQR : Une salle ne doit pas induire d’orientation, c’est à éviter absolument. On ne doit jamais entendre le nom des clients ou des produits dans les couloirs. On ne doit pas être vu par les autres instituts éventuellement présents le même jour. La décoration doit rester sobre, simple pour ne pas créer des comportements de gène de la part des participants aux études. Certaines salles ont misé sur une décoration trés classe afin d'attirer les clients un peu haut de gamme - dés tous les projets ne pourront pas être menés dans ces lieux au risque de trop impressionner les consommateurs et de les rendre timorés.

Quel est l’attitude des consommateurs en arrivant dans ces lieux ?  
LbQR : Très souvent, cela se passe trés bien. Les consommateurs sont bien accueillis et aiment venir dans ces salles qui sont très adaptées. En revanche, parfois il est difficile pour les salles de renvoyer quelqu’un sans dédommagement - la salle joue alors un rôle indispensable pour aider à gérer cela.  Les services d'accueil font souvent très bien ce travail est le plus ingrat.

Qu’est-ce qui  plaît le plus dans une location de salle ? Ou le moins ? 
LbQR : Etre à la pointe de la technologie, pour une salle, c’est incontournable ! Mais avoir un état d'esprit d'accueil et de support fait vraiment la différence ! Ce qui est moins agréable en revanche, c’est l’aspect restauration, souvent la nourriture n'est pas très bonne. Ce qui est rédhibitoire c'est quand une équipe d'accueil montre une certaine réticence à arrondir les angles pour faciliter le projet.

Le travail de groupe sans miroir sans tain est-il toujours indispensable ?
LbQR : Il y a 20 ans, très peu de gens voulaient de miroir sans tain, les salles avaient des panneaux en liège pour les recouvrir si les clients le souhaitaient. Le miroir apporte du confort au client, c’est plus agréable pour voir le groupe tranquillement. Les consommateurs ordinaires ne se soucient pas des miroirs et des caméras, pendant la réunion ils les oublient. Mais cela peut être rédhibitoire pour certaines cibles professionnelles (architectes par exemple), il faut vraiment les prévenir avant.
Aujourd'hui on voit aussi des instituts qui arrêtent de louer des salles car à présent il est aussi intéressant de mélanger clients et consommateurs directement en mode co-création.


Quel avenir voyez-vous pour les salles de réunion ?
LbQR : Les salles garderont toujours un intérêt pour les études qualitatives. Car le métier se focalise sur la mémorisation, or cette mémorisation est clef pour le processus d'analyse. Mais aujourd'hui avec les nouveaux outils de mémorisation nomades et de très grande qualité, les salles vont aussi devoir apporter une valeur ajoutée en terme de service et d'accueil encore plus.